dimanche, octobre 2

Quel bambou non traçant pour une haie ?

120

Je vous invite à découvrir le bambou non rampant ou en grappe et à passer en revue ses principales variétés.

Je voudrais ensuite partager avec vous quelques conseils pour réussir votre plantation et votre culture, que ce soit en pot ou en pleine terre.

A découvrir également : Comment se multiplient les jonquilles ?

L’origine du bambou non traçant

Les bambous non traçants proviennent de Chine

Lire également : Quel est le groupe sanguin le plus important ?

Les bambous non traçants sont tous originaires de Chine. Vous les trouverez sous les noms de Fargesia, Thamnocalamus ou Borinda.

Ils sont principalement originaires du sud et du sud-ouest de la Chine dans les régions du Sichuan et du Yunan.

Ils poussent à des altitudes supérieures à 1000 m.

On les trouve dans les montagnes de Jiuzhaigou, Pingwu ou Wolong.

Ils ont la particularité et l’avantage de ne pas être envahissants comme les autres bambous.

Pourquoi les appelons-nous des bambous, pas de traceurs ?

zoom sur le rhizome du bambou non traçant

Avant de présenter quelques variétés de bambou non traçants et leurs caractéristiques (taille, chaume, feuillage, rusticité,…) que nous cultivons en pépinière, nous examinerons la signification du bambou non traçant et ses particularités.

L’utilisation d’une barrière anti-rhizomes n’est pas nécessaire lors de la plantation d’un bambou non traçant dans le jardin, également appelé bambou en grappe. Ses rhizomes seraient-ils moins envahissants ?

Les bambous non traceurs émettent également des rhizomes. Ils sont appelés rhizomes pachymorphes chez ces espèces. Vous trouverez également le terme bambou en grappe.

Le fait qu’ils n’envahissent pas réside dans la conception même du rhizome. Un rhizome pachymorphe est composé de segments très courts entre chaque nœud et son extrémité s’enroule pour former la future tige. Ils ne mesurent en moyenne que 5 à 6 cm de long, ce qui forme une plante dense qui ne court pas partout.

Les rhizomes se développent à la périphérie du moignon qui croît progressivement pour atteindre un diamètre variable selon les espèces entre 80 cm et 1,5 m. Ne faites pas Inquiétude, les rhizomes poussent également vers l’intérieur de la plante. Finalement, nous n’avons pas seulement des tiges à l’extérieur et rien au milieu. La touffe est toujours très dense.

Les espèces de bambou non traçantes concernées par ce type de croissance des rhizomes sont les Fargesia, les Thamnocalamus, les Borinda et les Chusquea. Attention aux Chusquea car selon le sol et les conditions de croissance, ils peuvent avoir un comportement différent et être légèrement tranchés.

Je vous invite à consulter le site de l’AEB (European Bamboo Association), vous y trouverez de nombreuses informations sur le bambou, sa culture, des études botaniques particulièrement intéressantes et de nombreuses ressources autour de cette plante herbacée qui nous passionne tant.

Des espèces de bambou non traçantes et rustiques en France

En France, différentes espèces ont été progressivement introduites, testées et développées. La plupart d’entre eux sont rustiques et nous allons donner un aperçu des variétés les plus cultivées qui sont mieux adaptés à notre sol et aux conditions climatiques.

Le Fargesia Nitida

Cette espèce est l’une des espèces de bambou non traçantes les plus résistantes au froid (entre -22 et -28 °C). Il est originaire du centre de la Chine où il pousse dans les forêts de pins jusqu’à une altitude de 3400 m. On les trouve cultivés jusqu’au Canada.

Les jeunes plants de bambou Fargesia nitida peuvent être une belle haie

Le Fargesia Nitida forme des touffes denses dont la hauteur varie de 1,5 m à 4 m pour les plus grandes comme la Grande Muraille de Fargesia nitida. Les tiges ont un diamètre maximum de 1 cm et présentent souvent des couleurs légèrement bleuâtres lorsque de nouveaux chaumes apparaissent. Ils virent ensuite au prune ou même au noir. Les nouveaux chaumes ne portent pas de feuilles la première année.

Le port de cette plante est assez dressé, avec un feuillage vert bleuâtre de taille moyenne. Les nouveaux cultivars peuvent avoir une forme plus arrondie avec un feuillage s’étendant sur toute la hauteur de la canne. Ils supportent tous l’ombre partielle, mais de nombreux nitida les cultivars supportent également le plein soleil comme Great Wall, Volcano…

Il est idéal pour créer des haies denses, des brise-vent. Vous pouvez également le planter isolé au milieu du jardin, dans les sous-bois ou en pot pour créer un joli décor. Il existe donc de nombreuses possibilités avec Fargesia nitida.

Ce bambou a fleuri entre 2000 et 2005 et après avoir semé des graines récoltées à cette époque, de nombreux cultivars prometteurs sont apparus tels que Fargesia nitida « Black Pearl » ou Fargesia nitida « Volcano ».

Fargesia Murielae

Fargesia murielae est également appelé bambou parapluie en raison de son port retombant. C’est le premier bambou en grappe qui a été ramené puis cultivé en Angleterre dans les années 1900.

Le bambou non traçant Fargesia murielae

Il vit naturellement dans la région du Sichuan en Chine à une altitude comprise entre 2000 et 3000 m. Il est également l’un des plus résistants au froid (-25 à -28° C) et on le trouve couramment cultivées dans des pays scandinaves tels que le Danemark.

Fargesia murielae forme des touffes denses qui se développent progressivement d’année en année. Les tiges denses poussent à une hauteur variant de 1 m pour Simba ou Bambi à 5 m pour les plus grandes comme les Fargesia Murielae ‘Gentle Giant’ ou ‘Dino’. Les nouvelles tiges émergent en vert et virent progressivement vers le vert jaune.

Cette espèce élégante est souvent utilisée pour créer des écrans de verdure, des brise-vent ou des haies. Sa très bonne résistance au froid en fait un excellent bambou pour la culture en pot. Sa taille est maximale dans les régions océaniques froides.

Fargesia murielae a fleuri dans les années 1980-1990 et de nombreux cultivars sont nés des graines ainsi récoltées. De nombreuses variétés ont été sélectionnées au Danemark telles que Fargesia muriela « Dino », « Panda » ou « Tiny » et d’autres viennent des Pays-Bas comme Fargesia murielae « Vampire » ou « Lava ».

Le Fargesia Rufa

Fargesia est une espèce de bambou originaire de Chine récemment introduite en Europe par Jos Van der Palen. Le jardin botanique de Shanghai a trouvé cette espèce dans la province du Gansu en Chine dans les années 1995.

Grâce à ses nombreuses qualités telles que sa résistance à la sécheresse, sa croissance rapide et la densité de son feuillage tout au long de l’année, Fargesia rufa a très rapidement séduit tous les amateurs de bambou et les jardiniers qui souhaitaient créer des haies denses et robustes.

Fargesia rufa est probablement le bambou non traçant le plus connu et le plus utilisé

Ce bambou mesurera entre 2 et 3 m de hauteur à l’âge adulte pour un diamètre d’environ 1 à 1,5 m. Les tiges sont assez fines d’environ 1 cm et vertes. Un léger reflet rose rougeâtre est présent sur les chaumes à cause des gaines et des nœuds. Elle produit un nombre important de tiges chaque année. Leur nombre doublera chaque année pendant les trois premières années.

Fargesia Rufa est largement utilisé en France pour créer des haies séparant ou en complément devant un bambou plus gros comme un phyllostachys. Ce sera particulièrement convient à la culture en pot sur un balcon grâce à son excellente résistance au froid, au vent et au soleil. Il est particulièrement adapté aux zones très ensoleillées du sud de la France.

Le Fargesia Robusta

Le

Fargesia robusta est un bambou touffu très résistant au froid et au soleil

Fargesia robusta est originaire de la province du Sichuan en Chine. Ce bambou est l’un des plus robustes qui tolère des températures très basses de l’ordre de -18 °C à -25 °C. Les nouvelles tiges sont décoratives dès leur sortie du sol, avec de belles couleurs rosées.

Ensuite, sur les variétés Campbell et Pingwu, les gaines blanches restent attachées aux tiges vertes. Nous avons un effet mikado vert et blanc très décoratif. La taille des variétés de Fargesia robusta varie de 4 à 6 m selon le sol. Ses cannes sont les plus grandes du bambou rustique non marquant : elles ont un diamètre de l’ordre de 2,5 cm. Les feuilles sont également plus grande que sur les autres espèces de Fargesia et en particulier Fargesia rob Wolong.

Fargesia robusta est particulièrement adapté à la création de haies séparatrices résistantes au froid et au vent. Il se comporte également très bien comme jardinière sur un balcon.

Comment réussir à cultiver du bambou

La plantation

Planter du bambou n’est théoriquement pas très compliqué mais il faut néanmoins respecter quelques règles essentielles.

Planter des bambous en pleine terre

Je vous invite à regarder une vidéo sur la plantation de bambou en pleine terre que j’ai réalisée. Il suffit de creuser un trou deux fois plus haut et plus large que ceux du contenant que vous avez acheté dans une pépinière spécialisée. Cependant, selon le type de sol, il sera nécessaire d’agrandir ce trou profond. C’est le cas dans les sols très argileux, nous allons abaisser le trou à une profondeur proche de 40 cm afin de bien ameublir le sol et favoriser le drainage. Les rhizomes se trouveront alors dans une zone bien drainée et ne risqueront pas de pourrir.

Le bambou est une plante très gourmande en matière organique. Il faudra donc apporter l’équivalent d’1/3 du volume de terre que vous aurez retiré du trou dans du compost, du fumier bien pourri ou de l’or brun (par exemple). Votre compost fait maison fera également très bien l’affaire. Je recommande également de mettre une à deux poignées de corne de terre au fond du trou. Les racines pourront se nourrir de cet engrais organique à libération lente plus tard. Recouvrez toujours la corne de quelques centimètres de terre avant de placer la motte de racines de votre Fargesia.

Une fois tout cela fait ou pendant que vous faites le trou pour aller plus vite, faites tremper votre pot en bambou pendant 5 à 10 minutes dans un seau rempli d’eau. La motte sera pleine d’eau lorsque vous ne verrez plus de bulles en sortir. Il sera alors très humide jusqu’au cœur. Sortez le pot de la cuve puis retirez-le. S’il ne sort pas facilement, vous devrez utiliser un sécateur. Cependant, vous devez faire très attention à ne pas endommager le petits rhizomes à la périphérie du pot.

Planter du bambou en pleine terre nécessite simplement certaines étapes

Placez la motte de manière à ce que le haut de celui-ci soit à 1 cm sous le niveau du sol. Vous pouvez descendre jusqu’à 2 ou 3 cm dans un sol sableux mais par contre il faut respecter le 1 cm dans un sol argileux. Tassez légèrement autour de la motte une fois que vous avez rempli le trou avec votre mélange de terreau de compost. Il suffit d’arroser abondamment pour éliminer toutes les poches d’air.

Le plus important vient à la fin. Une fois tout cela fait, il est essentiel de pailler le sol afin de maintenir l’humidité au niveau des rhizomes et ainsi éviter qu’ils ne se dessèchent par le vent et le soleil. Un rhizome qui s’assèche meurt. Il n’est plus jamais mouillé.

Chez un jardinier

Quel pot devriez-vous utiliser ? Le pot doit être suffisamment grand pour que le bambou s’y développe correctement. Un pot de 40 ou 50 cm dans n’importe quelle direction sera idéal par pot en bambou acheté. Une jardinière de 80 cm à 1 m sera nécessaire pour la plantation de 2 Fargesia. Peu importe le matériau, le bois, la fibre ou la terre cuite.

Quel terreau dois-je utiliser dans mon pot ? Deux types de substrats peuvent être utilisés. Soit vous achetez un bon terreau (évitez le bas de gamme) auquel vous ajoutez un peu de sable de rivière, soit nous utilisons un mélange de 50% de terre de jardin, 10% de sable de rivière et 1/3 de compost.

Les différentes étapes pour réussir à planter son bambou en pot Lors de la plantation en pot ou en jardinière, nous trouverons naturellement des étapes communes à la plantation en pleine terre. À savoir, faites tremper la motte pendant 5 à 10 minutes puis retirez et retirez le bambou non marquant de son contenant.

La précaution à prendre lors de la plantation en pot est essentiellement le drainage. Vérifiez d’abord que votre pot est bien percé. Sinon, prenez une perceuse et faites 4 à 5 trous pour que l’eau puisse s’écouler facilement. Le bambou Fargesia ne doit pas se baigner dans l’eau car en 2 à 3 semaines maximum, il meurt des suites du rhizome et de la pourriture des racines.

Donc, après Percez vos trous, étalez 3 à 4 cm de billes d’argile ou de gravier. Posez sur un feutre horticole (type voile d’hivernage) et complétez avec votre substrat. Le voile empêchera votre drainage de se boucher avec les fines particules du substrat qui seront emportées par l’eau d’arrosage.

Remplissez ensuite votre récipient avec le substrat choisi.

Placez la motte de votre bambou de manière à ce qu’elle soit à 1 cm en dessous du niveau maximum de terreau et complète. Arrosez abondamment puis mettez un paillis.

L’entretien du bambou

arrosage

L’arrosage du bambou est à la fois simple et compliqué. Dans tous les cas, il est essentiel de bien suivre l’arrosage dès la première année. Et les années suivantes, il suffira de compléter en période sèche.

En effet, le bambou est trop souvent assimilé à tort à une plante aquatique. Non, le bambou n’est pas une plante marécageuse et ne doit pas avoir les pieds dans l’eau en permanence. Au contraire, il aime l’eau mais adore le drainage sols.

L’arrosage manuel, ici après la plantation, permet de répondre aux besoins spécifiques du bambou

Le bambou indique quand il a soif. Les feuilles s’enroulent sur elles-mêmes sur la longueur. Il est encore nécessaire d’évaluer la sécheresse du sol, ce qui demande beaucoup d’habileté et d’essais et d’erreurs.

En revanche, aucun signe apparent ne vous avertit d’un excès d’eau. Le bambou ne donne aucun indice. Cependant, vous remarquerez un jaunissement. Ensuite, vous arroserez à nouveau et il deviendra encore plus jaune et ainsi de suite. Au bout de trois à quatre semaines, il mourra. Ces racines seront pourries.

Arrosez donc assez régulièrement, soit environ 10 à 20l d’eau par semaine selon bien entendu les conditions météorologiques. Le secret est d’arroser abondamment. De cette façon, l’eau mouillera toute la motte et pas seulement les racines supérieures.

Pour arroser votre bambou non marquant, plusieurs solutions s’offrent à vous en fonction de la quantité de plantes pour être arrosé. Peu de plantes ont été plantées, utilisent un jet d’eau ou un arrosoir. En revanche, s’il y a une grande longueur, un système goutte à goutte sera plus adapté et permettra de gagner un temps important.

Nourrir le bambou

Le bambou est une plante gourmande de la famille des graminées comme votre pelouse. Elle nécessite de grandes quantités d’azote. Par exemple, il a besoin de deux fois plus d’azote que le maïs. Apportez-lui donc régulièrement du compost ou du fumier décomposé au début du printemps.

Au printemps : Les besoins en azote (N) sont particulièrement importants dans sa phase de croissance entre mars et juin. Il aura besoin d’engrais en mars et à la mi-avril. Plusieurs solutions sont alors possibles.

La première année : un apport sous forme d’engrais à gazon à raison de 150 g par plante et par an. Mais, comme nous l’avons vu dans la section plantation, le bambou est friand de matière organique.

Utilisez donc un produit plus écologique, que je recommande d’ailleurs, en lui fournissant un engrais organique tel que du sang séché, décomposé fumier ou tel qu’il est pratiqué au Japon dans les plantations de bambous de fumier de cheval. Faut-il encore en avoir à côté de chez toi ? Le simple fait d’utiliser du compost s’avère également une solution intéressante.

À l’automne : À l’automne, les besoins en nutriments sont davantage basés sur la potasse et le phosphore. Nous sommes dans la période de développement des rhizomes et ils sont donc importants pour leur croissance. La potasse peut être fournie sous forme de cendre de bois, par exemple, ou sous forme d’engrais complet à base de potasse (K2O) et de phosphore (P2O5). L’ajout d’azote pendant cette période n’est pas nécessaire et peut même réduire la résistance au froid des variétés si elles en fournissent beaucoup.

La taille Le bambou n’a pas besoin d’être taillé régulièrement. Il faudra élaguer les tiges mortes au printemps.

Coupez à l’aide d’un sécateur, près du sol, les tiges grises ou brun clair au sol. De nouvelles tiges sortiront du sol quelques semaines plus tard. Il faut savoir qu’une tige vit entre 5 et 8 ans et meurt par la suite, d’où le besoin de les éliminer. Éliminez également les tiges qui vont dans toutes les directions pour donner une nouvelle forme à votre plante.

Il est tout à fait possible de tailler votre plante en hauteur ou en largeur si vous le souhaitez. Je recommande de le faire en été, lorsque les nouvelles tiges seront complètement développées.

Il faut savoir qu’une tige élaguée est taillée pour sa vie et qu’elle ne repoussera pas. Il n’émet que deux petites branches de 4 ou 5 cm de long. Ne vous inquiétez pas, si vous vous trompez, une nouvelle tige repoussera l’année suivante plus haut que celle que vous venez de couper.

Quel bambou pour quel usage ?

Avec quel bambou devriez-vous choisir pour commencer ?

Les variétés sont très faciles à cultiver et accessibles à tous.

Le Fargesia Rufa s’adapte bien entendu à toutes les situations. Je recommande également le Fargesia robusta Campbell et le Fargesia Jiuzhaigou 1 ou Red Panda.

Quel bambou pour une haie ?

Le Fargesia Viking est idéal pour créer une haie de 3 ou 4 m de haut

Si tu avoir un écran à réaliser, il faut adapter la variété à la hauteur que l’on souhaite. Pour les haies d’environ 2 m, vous trouverez le Fargesia rufa. Pour les haies plus hautes entre 3 et 4 m, vous avez le Fargesia robusta Pingwu, le Campbell, le Fargesia murielae Vampire, le Fargesia Viking. Et pour la plantation d’une haie encore plus haute de 4 à 5 m, je vous guiderai davantage sur l’obélisque de Fargesia. Bien sûr, vous pouvez planter plusieurs variétés lorsque vous avez une grande longueur.

Bambous de collection

Vous avez tout le nouveau volcan Fargesia nitida, Black Pearl mais aussi une nouvelle espèce avec Fargesia demissa Gerry ou Demissa A, B, C…

J’espère que cet article vous a permis de découvrir le bambou et en particulier le bambou non traçant, que tous les tabous seront levés et que vous êtes désormais prêt à accueillir une Fargesia ou une haie de bambous dans votre jardin ou votre terrasse. Il existe toujours une variété pour répondre à vos besoins. N’hésitez pas à me contacter pour vous aider à mettre en place votre projet.