samedi, avril 13

Comment améliorer la qualité du sol de votre potager

753

Avant tout, pour réussir un potager, vous devez vous baser sur la qualité du sol qui supportera les plantes que vous y cultiverez. Celui-ci s’apparente au garde-manger des végétaux. De ce fait, il devrait être en parfaite santé dans le but de retenir adéquatement les divers éléments nutritifs nécessaires pour la croissance des plantes. Découvrez au travers de cet article, quelques astuces pour améliorer la qualité de sol de votre potager !

Définissez le type de sol de votre plante

Avant toute plantation, la première phase pour améliorer la qualité du sol de votre potager vise à définir le type de sol de votre plante. Au cas où votre sol serait âgé de quelques années, vous pouvez vous familiariser avec la terre qui le compose.

Lire également : Rendement patate douce au mètre carré : optimisez votre potager

En partant du postulat que vous habitiez une municipalité se trouvant dans la vallée du fleuve Saint-Laurent, sachez que le sol de votre terrain serait argileux. Au cas où vous résideriez en milieu montagneux, dans les Cantons-de-l’Est ou dans les Laurentides, votre terre est sableuse.

Ne choisissez pas la terre noire

Dans le cas que vous viviez en une résidence neuve, retenez bien que le sol qui entoure la maison soit une terre de remplissage de qualité piètre truffée de débris.

A lire également : Comment reconnaître une coloquinte ?

En revanche, rares fois, vous trouverez de mauvaises terres où il faudra nécessairement faire un remplacement. En quelque temps, les terres sableuses ainsi que les sols argileux deviennent des terres de qualité. Ainsi, elles correspondent à la culture de la majorité des plantes potagères avec un simple ajout de matière organique.

Par ailleurs, veillez à ne pas mélanger de la terre noire à votre sol. Lorsque vous acquerrez cette dernière en sac, la terre noire est parfois commercialisée à tort. Toutefois, elle est composée de tourbe noire, parce qu’elle émane en général de fond des tourbières. Peu riche en microorganismes et en éléments nutritifs, la terre noire peut être acide. Non seulement ceci, elle détiendra une structure fine et peu stable.

Au cas vous deviez obligatoirement changer la terre qui occupe votre terrain, veillez à la remplacer avec un sol vendu en sac ou en vrac composé de compost puis d’argiles.

Munissez-vous du compost pour améliorer la terre du potager

Dans le but de décompacter puis ameublir le sol existant, chaque printemps vous devez y ajouter du compost. Riche en humus, le compost ameublit, aéré et allégé les terres argileuses parfois lourdes et compactes.

Dans cette optique, il assure la régularisation de la rétention des éléments nutritifs. Au sein des terres sableuses, le « humus » qui compose le compost accroît la rétention des éléments nutritifs, tout en ralentissant le lessivage et l’érosion. De surcroît, il faut retenir que le compost représente une matière vivante qui offre une foule de microorganismes bénéfiques, voire nécessaires aux plantes.

Ajoutez un champion mycorhizien

Pour perfectionner la terre de votre potager, en dehors du compost, vous devez ajouter un champion mycorhizien au cours de la plantation des végétaux comestibles. Le mycélium des champions mycorhiziens se fixe aux différentes plantes.

Il agit encore comme une extension de leur système racinaire qui permet à ces dernières de bien s’approvisionner en éléments nutritifs et en eau. Ainsi, cela assure une fructification et une floraison plus abondante. Vous devez mettre une petite poignée de mycorhize proche des racines des plantes.