jeudi, décembre 1

Comment faire pour devenir souffleur de verre ?

219

Si aujourd’hui vous utilisez des verres, des objets décoratifs en verre ou autres, sachez qu’un artisan verrier y est forcément pour quelque chose. Ce sont des travailleurs dont le monde parle très peu, mais ils produisent pourtant de véritables chefs-d’œuvre. Ils travaillent le verre à chaud soit à l’aide de leurs mains, soit à l’aide d’un chalumeau. Vous souhaitez en savoir un peu plus sur ce métier hors du commun ? Focus sur les points clés qui caractérisent ce noble métier !

Les études et la formation d’un verrier

Comme toute autre profession, celle de verrier nécessite des études et une formation. Il ne devient donc pas un artisan verrier qui veut, mais qui peut. Quelles sont donc les études à faire avant d’atteindre ce titre professionnel ? C’est très simple. Une fois que la personne qui le souhaite a terminé ses études collégiales, elle est libre de passer plusieurs types de Cape. En effet, il est possible de distinguer les arts et techniques du Cap du verrier option verrier à la main ou avec un chalumeau. En plus de ce diplôme professionnel , vous avez la possibilité de passer un cours technique sur le verre ou un autre souffleur de verre nommé.

A lire également : Est-ce que l'olivier craint le gel ?

Généralement, ce type de formation dure deux ans. Lorsque vous l’aurez terminé, vous pourrez poursuivre vos études en préparant un certificat en métiers d’art (BMA ). Ce certificat peut vous orienter vers la spécialisation du souffleur de verre ou du dessinateur dans l’option arts appliqués cristallerie de verrerie. Vous pouvez également obtenir un diplôme en tant que confrère verrier.

En outre, il existe également une autre possibilité qui s’offre à tous ceux qui souhaitent devenir un artisan verrier. Il suffit d’avoir le baccalauréat professionnel de l’artisanat et de l’artisanat option verrerie scientifique et technique. Une fois que vous avez obtenu votre diplôme, vous êtes libre de poursuivre pour obtenir le diplôme d’artisanat de décoration de verre option arts du verre et cristal.

A découvrir également : Quand faire les semis de tomates sous serre ?

Le rôle ou les missions d’un verrier

Un verrier est un professionnel qui travaille le verre chaud. Il ne faut donc pas le confondre avec un coupe-cristal ou un émailleur. Ce dernier a à son actif plusieurs missions à exécuter. L’une des toutes premières consiste à chauffer la matière première à très haute température, puis à lui donner la forme souhaitée .

Le verrier est un technicien verrier qui fabrique des verres, des carafes et des vases, mais aussi des bijoux et des objets de décoration. Il a également pour rôle de fabriquer des flacons de parfum par exemple .

Un verrier peut soit travailler seul et donc pour son propre compte, soit travailler avec d’autres entités. Il lui est possible de se mettre au service des grandes maisons et de suivre ainsi des consignes précises . Cependant, il peut également travailler pour des scientifiques ou pour l’industrie électronique.

Au final, il faut noter que le rôle principal du verrier est de travailler le verre chaud pour fabriquer des objets à partir de cette matière première.

Les compétences ou les qualités de l’artisan verrier

Comme indiqué plus haut, tout le monde ne peut pas devenir verrier simplement en exprimant son désir d’être. C’est une fonction qui requiert plusieurs qualités et compétences essentielles. Comme il s’agit d’un métier essentiellement manuel, il est important d’avoir les compétences et la rapidité nécessaires pour le faire. Le bon verrier doit être méticuleux, habile et avoir une bonne culture historique de la matière et des compétences artistiques. Il doit également être durable et capable de résister à des températures élevées. Enfin, un verrier doit posséder un savoir-faire technique important et une sensibilité artistique particulière.

Le salaire d’un verrier

Le salaire du verrier varie fortement, car il dépend des personnes avec lesquelles ce dernier collabore. Il peut toutefois gagner jusqu’à environ 1430 euros. Tout dépend de la structure qui l’emploie ou sur la taille de son atelier si elle est pour son propre compte.